Accueil > SUD-Rail > LE MEILLEUR RELAIS DES SALARIÉ·E·S DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION, (...)

LE MEILLEUR RELAIS DES SALARIÉ·E·S DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION, C’EST SUD-Rail !

lundi 12 février 2024

Bien qu’il soit important pour l’avenir des salarié·e·s du groupe SNCF, le Conseil d’Administration reste une instance méconnue. Cette instance est composée de membres de la Direction mais aussi de représentant·e·s de l’État, de députés et sénateurs mais aussi de personnes dites qualifiées (surtout là pour toucher des jetons de présence) qui veulent privatiser le chemin de fer. En face, pour s’y opposer, il y a les représentant·e·s des salarié·e·s. Ce sont ces derniers que vous désignerez lors des élections du 28 mars au 04 avril. Lors des CA sont validées les grandes orientations stratégiques de la SNCF et de son groupe. Voici par exemple quelques décisions prises par le CA lors du dernier mandat 2020/2024
•Liquidation de Fret SNCF avec la mise en place du plan de discontinuité.
•Montant du fonds de concours de la SNCF (la taxe sur les bénéfices du groupe SNCF afin de financer le réseau : 1,7 milliard pour 2024).
Autant d’argent qui ne va ni dans nos salaires, ni dans nos emplois.
•Modération salariale à la SNCF afin de dégager de gros bénéfices et financer le fonds de concours.
•La tarification de l’usage du réseau (notamment les ristournes sur les péages des concurrents de la SNCF : Trenitalia, Renfe).
•Appels d’offres entre les régions et la SNCF auxquels la SNCF a répondu via des filiales dans 10 régions et directement dans 2 autres.
•Les priorités dans les investissements sur le réseau (Commandes Centralisées du Réseau, et/ou équipement aux standards de signalisation européenne ECTS, et/ou régénération des lignes).
•Rachat par la SNCF de dizaines de sociétés de transport routier en France et à l’international.
•Transfert aux Régions de la gestion et maintenance certaines petites lignes — art.172 de la loi L.O.M.)
•Privatisations d’Akiem (société de location de locomotives) et de Ermewa (location de wagons de Fret).
•Convention entre l’État et Intercités, laquelle découpe Intercités en 5 lots ouverts à la concurrence entre fin 2026 et fin 2029.
•Structuration de la production de la maintenance et des travaux ferroviaires autour d’une exigence de 30 % d’externalisation…
•Appels d’offres Kéolis à l’International (Australie, Pays-Bas…).
•Budgets du groupe SNCF qui cadrent le nombre d’embauches, l’achat de matériels roulants, l’intensité des réorganisations.
•Fusion de Thalys et Eurostar.
Toutes ces décisions sont déclinées par la suite dans les établissements

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.