SUD-Rail
MENU

IRLANDE : ARRÊT DE TOUTE POURSUITE A L’ENCONTRE DES ACTIVISTES A JOBSTOWN.

Réseau syndical international de solidarité et de luttes.

Le procès des 17 activistes de Jobstown accusés de « séquestration » de la vice-premier ministre Joan Burton commencera le 24 avril. Ils sont tous accusés de « séquestration », une accusation criminelle très grave. Les arrêtés de Jobstown risquent de sévères peines de prison.

Lors de l’arrivée de Joan Burton à Jobstown en novembre 2014, une centaine d’activistes lui réservaient un « comité d’accueil ». Malgré le caractère pacifiste de la manifestation contre notamment la taxe de l’eau et la présence de nombreux agents de sécurité, la vice-première ministre n’est jamais sortie du véhicule. Cette journée-là, il n’y a eu aucune arrestation.

Ce n’est que des mois plus tard, que les participant-e-s à cette action contre la taxe sur l’eau ont été arrêtés.

En octobre 2016, le premier de Jobstown à comparaître fut un adolescent de 17 ans (qui avait 15 ans au moment des faits). Il a été jugé coupable. Sa sentence fut légère, mais sa « culpabilité » fait craindre le pire pour les autres qui seront jugés en avril 2017.

L’accusation de « séquestration » est ridicule. La criminalisation des luttes est inadmissible.

Le Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes exige l’arrêt immédiat de toutes les accusations à l’encontre des activistes de Jobstown.

La lutte n’est pas un délit !


Documents à télécharger

  Communiqué de soutien "Criminalisation des luttes en Irlande".
Accéder à l'agenda complet

Les actualités SUD-RAIL

CHÔMAGE PARTIEL REPOS IMPOSÉS PCA
Lors de la réunion du Comité Social et Économique du 28 Avril, le directeur du FRET a fait un (...)
DÉCLARATION PCA + ACTIVITÉ PARTIELLE
Monsieur le Président, Vous organisez aujourd’hui une consultation conjointe du CSE FRET tant sur (...)
DÉCLARATION CONGÉS REPOS
Monsieur le Président, SUD-Rail n’ira pas par quatre Chemins, ce que vous demandé aux cheminots du (...)
DÉCLARATION LIMINAIRE
Nous vivons actuellement une crise sanitaire extraordinaire. Bien que depuis le mois de (...)
Voir toutes les actualités