SUD-Rail
MENU

La Fédération SUD-Rail interpelle F.Hollande, le gouvernement et les dirigeants de la SNCF.

Violence managériale et répression syndicale.

Monsieur le Président de la République,

Depuis plusieurs années, la Fédération SUD-Rail, 3ème Organisation Syndicale dans l’entreprise SNCF et représentative dans la branche ferroviaire, alerte sur la souffrance au travail des salarié-e-s de l’entreprise et d’un système ferroviaire en constante restructuration.

Depuis la mise en œuvre de la loi du 4 août 2014 portant réforme du système ferroviaire et après le conflit social du mois de juin 2016, nous faisons le constat que les dérives managériales et la répression antisyndicale à l’œuvre dans l’entreprise publique se portent à un niveau jamais atteint. Ces dérives, excès de pouvoir ou autre autoritarisme, poussent aujourd’hui les femmes et les hommes qui font le transport ferroviaire public, qu’ils soient cheminot-e-s ou délégué-e-s syndical-e-s, à souffrir, à être discriminé-e-s, harcelé-e-s… et à mourir du travail !

Malgré plusieurs alarmes sociales et des éléments factuels incontestables, la Direction se refuse toujours à remettre en cause sa politique managériale. Bien au contraire, elle l’accentue dans un contexte où la politique de recherche de la productivité à tout prix ramène, pour les responsables en place, à considérer les salarié-e-s à une simple variable d’ajustement budgétaire.

Au mois de novembre 2016, la Fédération SUD-Rail a interpelé le Secrétaire d’Etat aux Transports, le Président du Conseil de Surveillance SNCF et le Président « historique » de SNCF sur la situation sociale critique dans l’entreprise et sur le manque d’action concrète et de transparence de l’entreprise sur ces questions de souffrances, de suicides et de répressions antisyndicales. A ce jour, nos interpellations écrites sont restées sans réponses, rien n’a été mis en œuvre … et plusieurs salarié-e-s, souvent adhérent-e-s ou militant-e-s syndicaux, ont mis fin à leurs jours. Un de ces drames les plus récents concernait Edouard, un cheminot, reconnu travailleur handicapé, qui, après avoir subi plusieurs années de harcèlement et de discrimination, a préféré mettre fin à ses jours plutôt que de continuer à subir un harcèlement dévastateur.

La Fédération SUD-Rail, l’union syndicale Solidaires, l’ensemble des structures syndicales et les représentants du mouvement social qui étaient présents lors de cette journée d’hommage, se refusent à rester silencieux et iront jusqu’au bout pour que la responsabilité de l’entreprise SNCF et de son management soit reconnue. Aujourd’hui, être militant-e syndical-e dans certaines entreprises publiques semble être devenu en soi un crime.


Documents à télécharger

  Courrier à F. Hollande
Accéder à l'agenda complet

Les actualités SUD-RAIL

DCI COVID 18 septembre 2020
Manipulation et Effets d’Annonces !!
A grand renfort de communication, le gouvernement annonce un plan de relance de 4,7 milliards (...)
L’UTP déconfine son envie de libéralisme
Cette CPPNI du 02 septembre devait aborder : la mise en place de l’APLD, les garanties sociales (...)
Les salarié(e)s de la SNCF eux aussi se seraient bien passé(e)s ...
Les salarié(e)s de la SNCF eux aussi se seraient bien passé(e)s : * • Du blocage salarial qui (...)
Voir toutes les actualités