SUD-Rail
MENU

La répression antisyndicale tue : Stop au management par la terreur !

Nathalie Pradelle fait aussi les frais de la répression antisyndicale à la SNCF !

Après le suicide d’Edouard, délégué et militant SUD-Rail à Paris Saint Lazare, harcelé par la direction, après le suicide dans la même semaine de Frédéric, délégué CGT menacé lui aussi de sanction à Mulhouse, c’est au tour de Nathalie Pradelle de faire les frais de la répression antisyndicale à la SNCF. Cette femme de 44 ans, cheminote, cadre, horairiste, secrétaire du CHSCT, déléguée du personnel et militante SUD-Rail vient d’être suspendue et la direction lui a notifié son intention de la radier des cadres, en clair, de la licencier ! La direction de la DCS a d’abord tenté de la déplacer sans son accord, puis de la placardiser en lui enlevant toutes ses missions d’adjointe encadrante.

L’explosion des restructurations, comme l’Equipement Agent Seul, les établissements services spécialisés par activité, les filialisations, les équipes composites à l’équipement, la sous-traitance privée, les « petits collectifs », la fermeture d’ateliers au Matériel, la diminution drastique des effectifs provoquent des réactions de cheminots de plus en plus nombreuses qui vont du mécontentement individuel à la multiplication des actions de mobilisation comme en ce début de semaine chez les agents circulation du Bourget. Les gains de productivité qui ont atteint 653 millions d’euros en 2015, sont estimés à plus de 35 % par agent en moins de dix ans et ne sont pas suffisants selon la direction de la SCNF.

La direction de l’entreprise ne supporte pas qu’une femme, cadre, puisse en même temps faire son travail et défendre les intérêts des salariés. A travers son cas, c’est l’ensemble des cheminots que la direction veut faire taire et mettre au pas.
Toutes les organisations syndicales de la DCS soutiennent Nathalie Pradelle dans son combat.

En s’attaquant aux délégués les plus combatifs, la direction veut imposer la résignation à l’ensemble des cheminots. Le management par la terreur vise à imposer le silence dans les rangs pour accentuer toujours plus la pression sur les cheminots.

Le recours aux mesures disciplinaires les plus fortes devient monnaie courante : ainsi, la direction a tenté de déplacer Nathalie Pradelle puis de la placardiser. Mais les interventions successives de ses collègues et de deux inspecteurs du travail ont mis un frein aux intentions antidémocratiques de la direction. Alors la direction de la DCS l’accuse aujourd’hui d’avoir « été trouvée devant le poste de travail de sa chef, la souris à la main » ! Et pour ça, elle l’a suspendue et la menace de radiation des cadres, en clair de licenciement !

Comité de Soutien sur Facebook : fb.me/Prad.nat

Rassemblement le 30 mars à 8H au 174 Avenue de France à côté de la bibliothèque François Mitterrand, proche du métro Quai de la Gare ou BFM, pour apporter votre soutien à Nathalie Pradelle, le jour de son entretien avec la direction.
On compte sur votre présence et votre soutien !


Documents à télécharger

  Tract "rassembelement de soutien Nathalie".   Tract Intersyndical "soutien à Nathalie".
Accéder à l'agenda complet

Les actualités SUD-RAIL

DCI COVID 18 septembre 2020
Manipulation et Effets d’Annonces !!
A grand renfort de communication, le gouvernement annonce un plan de relance de 4,7 milliards (...)
L’UTP déconfine son envie de libéralisme
Cette CPPNI du 02 septembre devait aborder : la mise en place de l’APLD, les garanties sociales (...)
Les salarié(e)s de la SNCF eux aussi se seraient bien passé(e)s ...
Les salarié(e)s de la SNCF eux aussi se seraient bien passé(e)s : * • Du blocage salarial qui (...)
Voir toutes les actualités