SUD Rail
MENU

Le Mépris !!

Le Lien n°67


Non, ce n’est pas le titre du célèbre film de Godard, mais un bien plus mauvais scénario qui commence à lasser bien des citoyens.

Nous voulons parler des petites phrases à répétition du PDG de la République, cassantes et méprisantes pour les pauvres, les travailleurs, les chômeurs, bref, toutes celles et ceux qui n’ont pas eu la chance comme lui d’être nés avec
une petite cuillère en argent dans la bouche, ni celle d’avoir été élu à la magistrature suprême (qu’il confond avec un vulgaire conseil d’administration) par défaut,
presque par hasard, après avoir été mis en selle politique par un autre bien
piètre titulaire de la fonction, nous voulons parler de son prédécesseur.

Lequel avait en son temps lancé la mode du mépris du peuple, surtout des pauvres,
en parlant des « sans dents ».

L’élève a dépassé le maître.
Qu’on en juge : « les ouvrières des abattoirs GAD qui sont pour beaucoup
illettrées » ; « le meilleur moyen de se payer un costard c’est encore de travailler » ; « une gare c’est un lieu où l’on croise des gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien » ; « il faut que les jeunes Français aient envie de devenir milliardaires » ; « je ne cèderai rien aux fainéants, aux cyniques et aux extrêmes » ; et, dernière
saillie en date (à moins qu’à l’heure où vous lirez ces lignes il y ait eu un nouveau trait d’esprit de ce phare de la pensée) : « ceux qui feraient mieux de chercher du
travail que de foutre le bordel », fine allusion dans un français châtié qui ferait passer les élucubrations d’un Sarkozy pour des aphorismes brillants, aux manifestants qui protestaient légitimement contre une énième fermeture
d’usine.

La constante de ces propos nauséabonds, c’est la cible visée : le prolétariat, le peuple des petites gens, premières victimes de sa politique de casse du
tissu social au seul profit des riches, seuls dignes de respirer l’air pur de notre beau pays.

Sa fine allusion à l’idéal de finir milliardaire démontre la haute visée
éthique et intellectuelle du personnage.

Bref, sous des dehors souvent policés, sauf quand il se lâche, nous avons affaire
à un hobereau digne des faquins de l’ancien régime, suintant le mépris de classe
par tous les pores.

Nous sommes dans la stricte lignée du célèbre « s’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche » de Marie-Antoinette, même dédain guindé trahissant un complet rejet du bas monde dont ils ne connaissent rien.

L’histoire nous a appris comment finissent celles et ceux qui méprisent trop ouvertement le peuple, l’asservissent et l’affament.

Certes nous n’en sommes pas là, mais cette suffisance de la part d’un homme qui doit son élection au suffrage universel (même avec une base électorale aussi limitée que son vocabulaire quand il joue les cadors) est proprement insupportable
et INDIGNE de la fonction.

Non seulement ce triste sire poursuit le travail de sape de ses prédécesseurs avec une politique.


Documents à télécharger

  Journal des Retraité-es

Les prochains rendez-vous SUD-RAIL

jeudi
26
avril
CE Fret
Comité d’Entreprise de Fret SNCF.
Accéder à l'agenda complet

Les actualités SUD-RAIL

Préavis de Grève du 28 Mars 2018
Monsieur le Président, Monsieur le Directeur, Suite à notre DCI du 2 mars 2018, nous avons été (...)
Préavis de Grève du 23 Mars 2018
Monsieur le Président, Monsieur le Directeur, À la suite de la Démarche de Concertation (...)
La lettre Economique N°57
Au sommaire de la Lettre Economique numéro 57, vous trouverez : La dette : déficit (...)
DCI du 12 Mars 2018
Monsieur le directeur, A plusieurs reprises, la Fédération SUD-Rail n’a jamais caché son (...)
Voir toutes les actualités